Fiche technique
Titre original (suédois) : Låt det brinna
Réalisation : Adam Starsmark
Pays de réalisation : Suède
Durée : 08:26

Résumé
Dans une chambre, la nuit, un couple d’adolescents passe par les différentes émotions d’une première rupture.

Pour moi, le titre a une double signification, reflétant le dilemme du film.

Adam Starsmark

4 questions à … Adam Starsmark

Bonjour Adam ! Peux-tu nous parler de ton parcours ? Dans quel contexte as-tu réalisé le film LET IT BURN ?

Bonjour ! Je suis un scénariste et un réalisateur basé à Göteborg, en Suède. Let it Burn est mon quatrième court-métrage en tant que réalisateur, et le travail sur le film a commencé il y a quelques années lorsque j’ai postulé pour une formation à l’écriture de scénario, dont j’ai été diplômé au début de cette année. Dans le dossier de candidature, on nous demandait d’écrire un court métrage de cinq pages maximum, composé d’une seule scène, dans un seul lieu, avec seulement deux personnages. L’idée d’un film sur une « première rupture » me trottait dans la tête depuis un certain temps, et cette candidature m’a permis de donner une forme à cette idée. J’ai donc écrit le scénario et demandé l’avis des producteurs de mes précédents courts-métrages, et ils l’ont suffisamment apprécié pour nous suggérer de passer à la production.

Les deux jeunes acteurs dégagent quelque chose de très fort dans votre film. Peux-tu nous parler de ta rencontre avec eux ? Comment les as-tu dirigés pendant le tournage ?

Je suis d’accord, ils m’impressionnent beaucoup aussi, surtout leur jeu mature à un si jeune âge. C’était un processus assez spécial pour les trouver. Nous les avons recrutés tous les deux pendant la pandémie, un par un, par le biais de Zoom. Ils se sont donc rencontrés pour la première fois deux jours avant le tournage, ce qui nous a évidemment rendus un peu nerveux au début. Mais en même temps, cela nous a « forcés » à donner la priorité à deux jours complets de répétitions, où nous avons tous les trois fait des exercices d’alchimie et revu l’ensemble du film encore et encore, afin de nous sentir pleinement en confiance et en sécurité les uns avec les autres pour le tournage proprement dit. Je dirais que le fait d’entrer dans cette « bulle » juste avant le tournage a vraiment été déterminant pour ce film.

Peux-tu nous parler du choix du titre du film ? Qu’évoque-t-il pour toi ?

Pour moi, le titre a une double signification, reflétant le dilemme du film. Dans un sens, « Let it burn » pourrait signifier « laisser la flamme de la relation continuer à brûler », mais dans un autre sens, il pourrait aussi signifier « laisser s’éteindre » ou « brûler », en termes de fin. À mon avis, le film est défini par cette dualité, et il me semblait juste que le titre corresponde à cela.

Quels sont tes prochains projets ? Sur quoi travailles-tu actuellement ?

Je travaille actuellement sur le développement de mon projet final de formation à l’écriture de scénario, un scénario de long métrage. Mais comme il s’agit plutôt d’un projet à long terme, j’ai l’intention d’écrire un nouveau court-métrage cet automne et de le tourner en 2022.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En continuant, vous acceptez l\\'utilisation des cookies.  Politique d\'utilisation des cookies